Projet « lycéens au cinéma »

Les classes de CAP sont inscrites au dispositif « lycéens au cinéma ». Ils iront donc voir 3 films dans l’année, sélectionnés par un jury.

Le 1er film : les Lumières de la ville de Charlie Chaplin, 1931. La séance est prévue le mardi 13 novembre à 15h.

06/11. Nous préparons la séance au cinéma de la semaine prochaine. A près une recherche documentaire sur Charlie Chaplin et le synopsis du film, ils réalisent des posters de présentation, en parfaite autonomie. Ils sont désormais très à l’aise dans l’espace flexible. Je m’efface progressivement et les laisse s’approprier savoirs et capacités. Ils semblent enthousiastes de participer à ce projet malgré la découverte des caractères du film (non-parlant en noir et blanc)

.

15/11. 1er retours des élèves sur le film, vu mardi. Ils se sont parfaitement comportés. Pas un bruit dans la salle.

20/11. Retour sur le visionnage du film avec la 2e classe de CAP.

Finalisation des posters et des dossiers, qui décorent la salle !

22/11. Suite et fin de la séquence Les lumières de la ville. Les photos parlent d’elles-mêmes !

15/01. 2e séance aujourd’hui avec OSS 117 le Caire nid d’espions ! Les commentaires pris sur le vif sur le chemin du retour étaient plutôt positifs ! A suivre pour le retour jeudi et mardi prochains !

22/01. Et voilà! Voici les retours des élèves de CAP après le 2e film !

J’adore mon boulot !

31/01. Nous préparons avec les CAP le visionnage du 3e film « Trouver sa place » qui propose 3 petits films à la suite réalisés par des ados de la région, de trois genres très différents!

Voici un joli sketchnote pour défricher ces 3 genres !

12/02. Le mur du cinéma est presque terminé. Ravie ! Retour sur ce 3e film qui les a un peu dérouté mes CAP. Ils ont été touchés par le 1e court métrage au coeur des violences conjugales. « ça faisait trop réel ».


Une élève ajoute un post-it rose pour combler un vide, avec un petit smiley « heureux » ! Ils sont géniaux ces élèves !

14/02. Les CAP terminent « le mur du cinéma » après une petite séance de relaxation et un échange sur le 3e film du dispositif « lycéens au cinéma ».

Carnet de bord – octobre 2018

2/10. Que de compliments aujourd’hui et de jolies remarques ! Un élève de CAP me confie « bien aimer mon cours car il a l’impression de voyager » alors que nous travaillons sur les inégalités de développement avec l’exemple des favelas brésiliennes. D’autres élèves, de cette même classe, évoquent leur bien-être à travailler sur des ballons, et en profitent car c’est l’unique moment de la semaine où cela leur est permis. Quelle joie !

Une collègue également me confie, entre deux portes, avoir été surprise par la disposition de la salle et l’ambiance au travail. Je suis ravie, il semblerait que la classe flexible porte ses fruits!

09/10. Le projet « concours de nouvelles » est amorcé, avec la réception aujourd’hui de deux membres de l’ONG (voir article « projet concours de nouvelles »). Les deux semaines à venir seront entièrement consacrées à la rédaction des textes par les élèves sur le thème de la liberté d’expression.

Constat : 2h sur un ballon, c’est inconfortable. En même temps, le but est de faire une activité installé dessus, puis de changer. Rien de surprenant, mais au moins, les élèves s’en sont rendus compte!

11/10. Journée où je suis devenue « la prof aux ballons » !!!!!!!!!!

Une observation très positive : pour le même exercice de recherche documentaire, les élèves de CAP ECM, comportant des élèves ULIS, ont travaillé plus rapidement que les élèves de 1C, tout en obtenant d’aussi bons résultats…. Magique ! Comme ils étaient fiers, et à juste titre! La classe flexible paie ?

Ainsi, ils ont agrémenté le mur de leurs jolies réalisations ! BRAVO !

Je reçois également les observations d’une collègue de lettres qui a utilisé la salle vendredi alors que j’étais déjà en week-end (chanceuse la prof aux ballons!) : son activité de lecture s’est bien déroulée dans un climat calme et serein. Elle note toutefois que les élèves les plus sages n’ont pas opté pour les ballons. En même temps, justement ce type de matériel est plutôt destiné à canaliser, ce n’est donc absolument pas étonnant ! Par ailleurs, les élèves « sages » ont souvent du mal à sortir du cadre, le seul qu’ils connaissent depuis la maternelle, on ne peut pas leur en vouloir…
Elle souhaite réitérer l’expérience. Avec plaisir bien sûr !

Et n’oublions pas : c’est tout nouveau mais je TWEETE (pas bien sûre de l’orthographe).

Aujourd’hui, notre collègue nous a formé à Pearltrees, un outil formidable et simple d’utilisation. Je vais m’y mettre et vite. J’en ai bien compris l’intérêt pédagogique et je pense qu’il pourra contribuer à la classe flexible… A suivre.

16/10. Quel bonheur de travailler ainsi avec les CAP ! La classe flexible est vraiment un dispositif qui les aide à s’épanouir. J’ai l’impression que le plaisir est partagé. Ils se mettent au travail rapidement et obtiennent de bons résultats, ce qui, bien sûr, les motive. Nous sommes entrés dans un cercle vertueux. Croisons les doigts pour que cela s’inscrive dans la durée.

Ils me posent beaucoup de questions sur le « pourquoi je fais ça ». C’est agréable d’échanger avec eux et d’expliciter les objectifs, d’avoir leurs retours aussi. C’est l’occasion de rappeler notamment que chaque professeur a sa méthode, celle en laquelle il croit, celle avec laquelle il se sent bien, et qu’aucune n’est meilleure qu’une autre.

Cas remarquable. Une élève qui semble poser des problèmes de comportement et de travail avec certains collègues, a vraiment une attitude très positive dans l’espace flexible. Elle choisit systématiquement de travailler assise sur les tapis. Elle est souriante, polie et agréable. Elle accomplit le travail demandé et pose des questions lorsqu’elle ne comprend pas. Elle obtient de bons résultats. Je suis vraiment surprise des retours de mes collègues. A-t-elle besoin de cet espace de respiration pour s’épanouir et souffler ? A suivre.

19/10. L’écriture des nouvelles avance bien. Le 1er jet est abouti et passera entre les mains de lecteurs pendant les vacances. Ils laisseront des commentaires visant à améliorer les textes la semaine de la rentrée.

Concours de nouvelles « Plumes Rebelles »

Les élèves de 1e sont inscrits au concours de nouvelles « Plumes Rebelles » organisé par Amnesty International, dans le cadre de l’objet d’étude de lettres « les philosophes des Lumières et le combat contre l’injustice ».

Le thème retenu cette année est : la liberté d’expression, menaces et perspectives. Il est donc possible de relier ce concours à l’EMC.

Objectifs pédagogiques du projet

Découvrir l’ONG Amnesty International et ses missions.

Participer à un concours de nouvelles autour de thèmes imposés.

Réaliser une production courte faisant appel à l’imaginaire.

Goûter la puissance des mots et des ressources du langage.

Accepter d’écouter la pensée de l’autre pour émettre une pensée personnelle et prendre position.

Être un citoyen conscient de la nécessité de s’impliquer et de défendre des valeurs.

Exprimer ses convictions, son engagement, son désaccord.

Présentation rapide du projet 

Intervention de Mme Colette Bergier le mardi 9 octobre 2018 de 16h à 18h pour présenter Amnesty International et le thème du concours de cette année.

Les semaines du 8 au 19 octobre seront banalisées et entièrement consacrées à la rédaction de la nouvelle pour le concours.

Remise de prix du concours de nouvelles organisé par Amnesty International et rencontre « Plume Rebelles », conférences et débats les 8, 9 et 10 février 2019.

05/10. Les élèves préparent la venue d’Amnesty International au lycée la semaine prochaine, et ce sérieusement, occupant l’espace à bon escient. Après avoir effectué une recherche documentaire sur l’ONG, ils réalisent des posters avec les éléments retenus. Ils sont fiers d’exposer leurs travaux sur les murs de la classe (après avoir bataillé pour obtenir de la pâte à fixe!).

 

09/10. Nous accueillons aujourd’hui deux membres d’Amnesty International, qui évoquent avec passion la naissance de l’ONG, les 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (dont elles nous laissent un exemplaire) en insistant sur les droits humains, et bien entendu la liberté d’expression, vidéos à l’appui. Enfin, l’intervention se termine par un temps d’échange avec les élèves, qui sont restés attentifs et curieux tout au long des 2h. Tous repartent avec flyers, dépliants, affiches, cartes postales etc… Elles nous laissent même des petits livrets décryptant la DUDH et la chronique d’AI de ce mois, qui vont de ce pas alimenter l’espace lecture bien sûr !

Notre documentaliste et notre CPE (qui a rejoint le projet) sont présents lors de cette présentation.

J’ai eu une idée (encore! C’est mon problème j’ai trop d’idées!) : je crois qu’il serait intéressant d’organiser aussi un concours en interne en demandant aux personnels de l’établissement et aux autres élèves de lire également les nouvelles et de voter pour celle qu’ils préfèrent, avec un lot à la clé pour le gagnant. Notre documentaliste y réfléchit de son côté. Il faut voir aussi avec l’administration si cela est réalisable. Résultats au retour de stage des élèves. Cela pourrait les motiver davantage!

11/10. Retour sur l’intervention de mardi. Je demande aux élèves de noter sur un post-it UN MOT, pour illustrer ce qu’ils ont retenu de la venue d’Amnesty International au lycée, et ce en utilisant le mange-debout à tour de rôle. Il y trouve le matériel nécessaire et une feuille de consignes (ce qui en fait un espace atelier autonome). Ils ne devaient ni se consulter, ni expliquer aux autres l’activité !

Voici le résultat qui décore le tableau le temps du concours de nouvelles : 

est-ce que j’en fais un nuage de mots ? (car il est prévu de réaliser à l’issue du projet une petite vidéo qui retrace l’engagement des élèves…). A voir.

Le nuage de mots est fait, nous verrons si nous nous en servons.

wordcloud (cliquez sur le lien).

12/10. Les élèves ont débuté l’écriture de leurs nouvelles. Après un lancement compliqué, et c’est bien normal, ils ont tous rédigé quelques lignes, voir parfois, des paragraphes entiers. Un exercice qui va forcément renforcer leur confiance en eux, car, oui, ils vont tous réussir leur mission!

En groupe de deux, ils utilisent un pad collaboratif en ligne et chaque membre est connecté dans une salle différente (salle info + CDI). Ils sont donc obligés de communiquer clairement entre eux via l’interface prévue à cet effet (semblable à celle des réseaux sociaux). Cette consigne s’inscrit dans la continuité de l’AP, qui leur a proposé une course d’orientation où ils devaient se diriger sans se voir.

Apprendre à se connaître, apprendre à être précis et concis, apprendre à collaborer sont, par conséquent, des enjeux du concours, au même titre que l’écriture.

Mon collègue CPE me propose de créer « un comité de critiques » avec une fiche-guide à remplir, mené par les membres de la vie scolaire. Quelle bonne idée ! J’accepte de suite bien entendu! L’idée est qu’ils lisent les nouvelles comme des lecteurs (et non avec un regard de prof de lettres) et en pointent les qualités et les défauts à partir de critères à définir, dans le but d’une remédiation efficace au retour des vacances.

16/10. Les élèves avancent progressivement dans l’écriture de leurs nouvelles. Je suis ravie de voir comment ils fourmillent d’idées. Le comité de critiques prend forme, plusieurs collègues sont déjà partants pour l’expérience. Super! A suivre !

19/10. Le 1er jet des nouvelles est achevé. La veille des vacances, les élèves se sont montrés très studieux pour terminer leurs histoires ! J’ai même senti de leur part un investissement très positif, ils semblaient stressés à l’idée de me décevoir. Bien au contraire, ils ont tous rempli le contrat, c’est super !

Il n’y a plus qu’à !

Cliquez sur le lien : https://semestriel.framapad.org/p/cdnplumesrebelles

Cliquez, lisez, commentez.

Et surtout : BONNES VACANCES !

06/11. Rebondissement. Colette d’Amnesty International a trouvé le nuage de mots des élèves sublime et souhaite s’en servir pour un envoi d’invitation à l’AG régionale d’AI…. ! Non mais c’est juste au top ! Les élèves vont être super fiers et à juste titre ! Je suis ravie !

09/11. Les élèves ont finalisé aujourd’hui leurs nouvelles à l’aide des critiques qui leur ont été faites. J’ai vraiment l’impression qu’ils ont adhéré à ce projet et ont en fait le leur ! Dans tous les cas, bravo à eux car ils ont tous relevé le défi! Je suis très fière !

A venir : une publication en ligne, ainsi, tous ceux qui le souhaitent pourront lire et voter pour le texte qu’il préfère.

15/11. Les nouvelles sont en ligne sur les réseaux sociaux jusqu’au 6 décembre.  A vos souris ! Les gagnants remporteront un joli 20 dans la moyenne de français.

Pour lire : https://www.pearltrees.com/cdimontciel/plumes-rebelles-2018/id22670293?access=16e6ed49e21.159ebd5.286bfd25a68246d0a2c599882b53f58d&d=201811151230&embed=2

Pour voter : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSflXKuqXrdJwNgeeQGTcVg02HoqWJytU6ClaGYyk3wvKj8pKg/viewform

06/12. Les votes sont clos ! Nous avons un texte gagnant …. mais CHUTTTT !

Une remise des prix en présence de la presse aura lieu le 18 décembre avec une lecture orale de la nouvelle élue par des collègues volontaires. Belle suite à venir donc, pour un retour de stage haut en couleurs.

Et voici le travail des élèves réutilisé par l’ONG :

Assemblée regionale de Franche comté 3 mars 2019    (il faut cliquer sur le lien bien sûr!)

Que dire de plus ! Comme je suis fière !

18/12. La remise des prix du concours de nouvelles interne au lycée s’est déroulée aujourd’hui. Les élèves ont reçu un journaliste du Progrès qui a rédigé l’article qui suit.

Les gagnants ont reçu un beau 20/20 dans la moyenne de français. Le texte a été lu par des collègues volontaires. Un petit goûter a clôturé cette jolie séance !

Chaque élève a reçu un beau recueil :

Projet médiathèque

Tous les mois, nous nous rendrons à la médiathèque de la ville emprunter des livres.

Nous laissons une large autonomie et liberté aux élèves qui doivent tous sélectionner un ou deux livres.

Globalement, lors de cette 1e sortie, tous jouent le jeu, découvre ce lieu culturel, chinent, fouillent, font des compromis, se renseignent etc….

02/10. L’espace lecture est dans la place ! Il n’y a plus qu’à !!

02/10.L’espace lecture s’affiche !

Sans titre (cliquez sur le lien!)

05/10. Hé non, vous ne rêvez pas ! Les clichés parlent d’eux-mêmes ! Hé oui, ils lisent ! Génial ! (Je fais une danse de la victoire ????  !).

Pour citer mon collègue CPE : « ils sont bien nos jeunes, il faut leur faire confiance! ». Non mais !

Objectifs pédagogiques de la sortie :

Découvrir un lieu culturel local, appréhender son agencement et son fonctionnement pour mieux se l’approprier au fil de l’année.

Alimenter tous les 40 jours l’espace détente de la classe flexible et contribuer à cette pédagogie innovante en donnant du sens à ce projet.

Sensibiliser les élèves au plaisir individuel de la lecture en favorisant la lecture cursive.

Les encadrer et les conseiller sur des choix d’ouvrages vers lesquels ils ne se dirigeraient pas spontanément.

Faire des élèves, des lecteurs autonomes en développant leur curiosité et leur esprit critique.

En d’autres mots, les faire grandir en tant que citoyen.

 

 

Carnet de bord – septembre 2018

Non sans surprise, les élèves sont déroutés par la disposition de la salle et les règles mises en place dans la classe flexible. Par exemple, ils n’osent pas se déplacer et préfèrent choisir le même siège à chaque séance.

Toutefois, ils prennent vite leurs marques et s’habituent à ce type de mise en activité. Le travail est globalement plus sérieux et plus approfondi.

La restitution pour une correction ou une trace écrite collaboratives reste  compliquée. Ils ont encore du mal à s’écouter et à passer d’un temps d’activité autonome à un temps d’échange. Cependant, ce problème existait également avec la « classe classique ».

Je réfléchis à des solutions pour améliorer ces temps de restitution, indispensables. Je souhaite valoriser les « trouvailles ». Pourquoi pas nommer un rapporteur par îlot et devenir observatrice en complétant uniquement les informations manquantes ? Ainsi, les élèves seraient entièrement acteur des apprentissages  … Cela devrait bien fonctionner avec les terminales, quant aux 1e…

A tester !

Avec l’appui de ma hiérarchie, très enthousiaste face à ce projet (et je l’en remercie vivement!), notre salle s’équipe progressivement. Sur les conseils de notre documentaliste, rapidement, naît l’idée d’un espace « détente » qui se dote d’abord de 2 fauteuils, récupérés au CDI. Cet espace sera alimenté tous les mois par des livres choisis et empruntés par les élèves de 1e à la médiathèque de Lons le Saunier.

21/09. Les tapis sont arrivés et ont eu, de suite, un grand succès, tout comme les fauteuils. Je suis ravie !

J’ai du réaménager l’espace classe, et ai constaté sa petite taille, compte tenu du projet de classe flexible mis en place cette année. Il va falloir s’accommoder ! Je pense à supprimer mon bureau, je n’en ai pas besoin, après tout, priorité aux élèves.

1e remarques : les élèves qui ont choisi de travailler sur les fauteuils et sur les tapis, ont réalisé leurs travaux plus rapidement et plus efficacement, même si pour le moment, cela ne se ressent que très peu sur les résultats. Je reste positive quant à la suite, la qualité ne peut que progresser !

Par ailleurs, je suscite quelques curiosités de la part de certains collègues, c’est bien normal, d’autres se montrent dubitatifs voire acerbes, mais, je reste déterminée. Je suis au clair avec les élèves qui, pour le moment, appliquent parfaitement les règles de « la charte du vivre ensemble en classe flexible ». Le cours de lettres-histoire n’est ni un temps de récréation, ni un temps de sieste, mais bien une séance de travail, avec un cadre et un temps imparti.

25/09. Les gymball sont arrivés. Colorés, ils ont vite été adoptés par les élèves. Parfait. La classe flexible prend forme, s’y ajoute une table basse et un bac à livres.
Les CAP, petit groupe, sont très épanouis et au travail. Ils semblent prendre plaisir à travailler, pari réussi ! Maintenant, il faut pérenniser cette ambiance.

Les terminales sont motivés. Que c’est agréable !

Avec les 1e en classe entière (à 30), la mise au travail est plus difficile, de fait, nombreux sont ceux qui manquent de maturité, mais ils apprécient tout autant cette méthode d’apprentissage. Les différents projets engagés pour eux cette année, devraient les aider à donner du sens à leur formation.

28/09. Les tapis ont permis aujourd’hui de faire débattre les élèves de 1e en EMC, assis en cercle, confortablement pour échanger.
Ils ont défendu des idées très intéressantes, pertinentes et se sont écoutés les uns, les autres. Une 1e victoire ?

1e déplacement à la médiathèque avec un groupe de 1e. Ils ont globalement joué le jeu, ont fait l’effort de déambuler, de chiner dans cet espace culturel, de glaner quelques conseils et sont tous repartis un livre au moins sous le bras! L’expérience est positive (mais j’ai oublié de faire des photos…).

Le bac à livre de la salle est plein et, est enfin à la disposition des élèves dans le « coin détente ». Il reste à observer son utilisation par les élèves la semaine prochaine.

Un 1e bilan ce mois très encourageant, qui me conforte à poursuivre dans cette voie.

Objectifs de l’expérimentation

Objectifs

  • Une pédagogie plus respectueuse de l’élève.
  • Placer l’élève au centre de son apprentissage.
  • Rendre l’élève entièrement acteur de son apprentissage.
  • Faire gagner l’élève en autonomie.
  • Augmenter la concentration et l’attention de l’élève.
  • Développer la confiance en soi et l’initiative de l’élève.
  • et surtout, que travailler ne soit plus qu’une contrainte, mais aussi un plaisir.

En d’autres termes, selon la formule de Maria Montessori : « aider l’élève à faire seul ».

Ses bienfaits

  • Les résultats scolaires des élèves ont augmenté
  • Les élèves semblent plus heureux et plus engagés à l’école
  • Les élèves participent plus en classe et poussent leurs réflexions davantage
  • Le positionnement favorise les discussions et les échanges constructifs

Naissance du projet

Constat

Après plusieurs années d’enseignement, force est de constater que les séances « projets » et celles qui se déroulent au CDI sont celles qui fonctionnent le mieux.

Pourquoi ? Lors de ces séances, les élèves travaillent en autonomie avec un temps imparti et peu de consignes, mais simples et concises. Ils peuvent bouger, échanger entre eux, s’apporter mutuellement des savoirs et des compétences… Ils semblent plus à l’aise et plus au travail. Ils sont encadrés et libres à la fois. Et visiblement, cela fonctionne.

Conséquences : je rejoins les idées de la classe flexible et me documente sur le sujet pendant l’été. Cette année, je me lance avec l’idée d’aménager l’espace classe dans la mouvance du CDI, autour d’une pédagogie adaptée.